Accéder au contenu principal

Articles

A la Une

Accepter, remercier et se débarrasser de son histoire personnelle

Tomber amoureux de sa vie personnelle, de son empreinte. Rester piégé dans le passé. Régresser, ne pas profiter du moment présent, ne pas s’épanouir, ne pas oser évoluer / changer. Se raccrocher à son histoire personnelle afin de justifier ses comportements améliorables ou autodestructeurs et ses carences de vie. “ Le sillage n’est que ce qu’il est, et rien d’autre - une trace que vous avez laissé derrière vous. Mais l’avez-vous laissée derrière vous ?, ” nous interroge l’écrivain Dr Wayne W. Dyer. Peut-être y-a-t-il un confort (et un bénéfice ?) à nous définir par le passé. Peut-être y-a-t-il un inconfort à nous présenter vers l'avenir. Nous connaissons le passé, ce qui est rassurant et réconfortant ; mais pas l'avenir, ce qui est inquiétant... Ci-gît mon passé, je lui ai dit adieu. Merci les enfants, je n’aurais pas voulu manquer ça, Ogden Nash Le passé ne reviendra pas, il n’existe plus. Le passé n'est qu'un prologue, qu'un début. “ En maintenant des liens avec v

Derniers articles

Le travail et la notion de sens: une quête absurde ?

Le début est un mystère, la fin une révélation

Une question de mort et de vie, Marylin et Irvin Yalom: un deuil, une vie, un processus et une histoire

Soufi mon amour: abandonner un avenir pour le moment présent

Zone de confort ou zone d'habitudes ?

Comment décider au mieux ? Jugement, décision, profusion de données et verbalisation

Le management est une science !

Apprentissage, soumission et adaptation: danger et folie

Un début de journée, sans prétention, sans but, sans objectif...

Surprise et épisode cosmologique: courage, résilience et bataille de la narration

Ode à la citation: une source, une aide, un tremplin et un mur

Bienveillance: fausse mollesse, véritable remède et redoutable armure